Petit manuel pour parler en public, être écouté, convaincre

2.1. Analyser les caractéristiques de l'auditoire

 

Que vous vous adressiez à une seule personne ou à un groupe nombreux, un principe devrait toujours guider toutes les étapes de la préparation de votre exposé. Si vous voulez vraiment communiquer avec les gens, dites-leur les choses en faisant appel à leur propre expérience. En effet, les gens écouteront religieusement tout ce qui les touche de près; ils laisseront leur esprit vagabonder si vous devenez trop général ou trop abstrait.

Pour être capable de vous référer à l'expérience de votre auditoire, il vous faut évidemment savoir en quoi elle consiste. Vous y arriverez en identifiant les personnes susceptibles de composer votre public.

 

Imaginons, par exemple, qu'une association professionnelle vous demande un exposé sur l'impact de la propulsion électrique dans la construction navale. Le sujet peut attirer des auditoires fort différents; à vous de voir quel serait le vôtre. Vous n'invoquerez certainement pas les mêmes arguments suivant que vous vous adressez à des Professeurs de l’Enseignement Maritime ou aux ingénieurs d’un chantier naval. Les uns s'attendront à un exposé technique, les autres voudront connaître les gains à en attendre et le coût des solutions.

 

Encore une fois, les caractéristiques du public sont susceptibles d'orienter les propos de l'orateur, d'influencer le niveau de ses explications, ou encore de lui faire choisir certains arguments ou exemples de préférence à d'autres. C'est pourquoi la première étape de la préparation d'un exposé consiste à évaluer l'auditoire. Vous pouvez le faire en réfléchissant aux caractéristiques socio-culturelles de cet auditoire et à ses dispositions vis-à-vis du sujet et de vous-même.

2.1.1. Caractéristiques socio-culturelles

 

Taille du groupe

La taille de votre auditoire va influencer vos comportements lors de l'exposé. Il faut vous préparer en conséquence. Ainsi, dans le cas d'un groupenombreux (30 personnes et plus), vous vous sentirez généralement plus nerveux, puisque, dans ces conditions, le discours est plutôt magistral et que toute la responsabilité de la communication repose sur vos épaules. En effet il vous sera impossible, à cause de la taille du groupe, d'obtenir assez de rétroaction pour réajuster instantanément votre propos.

 

De plus, pour favoriser l'attention, vous devrez vous appuyer sur une structure simple mais rigide, ne laissant place ni à l'improvisation ni à la digression, au risque de voir s'évader une partie de votre auditoire.

Cette rigueur vous conduira généralement à adopter un ton plutôt formel. L'utilisation du microphone et de moyens d'amplification visuelle (transparents, diapositives) devient alors une nécessité, ce qui ne simplifie pas la tâche d'un orateur, a fortiori celle d'un débutant.

 

Devant un groupe de taille moyenne (10 à 30 personnes), votre exposé pourra être moins formel, mais malgré tout bien structuré. Avec un auditoire de cette taille, vous pouvez sans risque accepter les questions pendant l'exposé; vous aurez ainsi la possibilité de recevoir du feedback, ce qui vous donnera l'agréable impression de partager, en quelque sorte, la responsabilité de la communication avec votre public.

Cependant, vous devrez prévoir suffisamment de temps pour les interruptions de l'auditoire, sous peine de ne pouvoir couvrir votre sujet dans le laps de temps alloué.

L'emploi de moyens d'amplification visuelle, sans être indispensable, est recommandé.

 

Enfin, dans le cas d'un petitgroupe (2 à 10 personnes), le discours ne doit certainement pas être magistral, puisque la taille réduite de ce groupe invite au dialogue et à la rétroaction. Mais, là encore, le discours doit être bien structuré; les questions sont évidemment bienvenues; l'improvisation est possible, mais il faut toujours respecter le temps alloué. L'emploi de moyens scriptovisuels (tableau, photocopies, transparents) est de mise. Ne vous placer pas sur une estrade, mais au même niveau que le petit groupe. Faites en sorte que votre allocution prenne un tour intime, familier, qu’il ait le caractère d’une conversation.

Dans tous les cas, préparez la salle avant votre intervention. Veillez à ce que l’air soit pur. Inondez de lumière la pièce où vous parlez, sauf bien sûr si vous projetez des transparents ou autres. Placez vous de manière à ce que la lumière tombe sur votre visage pour que l’on puisse voir vos traits.

Ne vous tenez pas derrière des meubles, repoussez l’éventuel bureau contre le mur. Débarrassez l’estrade de tous les accessoires déplaisants ou inutiles qui pourraient l’encombrer.

 

Âge

Chaque génération s'identifie plus ou moins à un certain nombre de valeurs et d'expériences, ce qui la distingue d'ailleurs des générations qui la précédent ou la suivent Ainsi, si vous prenez des exemples qui ne touchent pas le groupe d'âge auquel appartiennent les gens qui vous écoutent, vous risquez de demeurer incompris. Par ailleurs, si vous dépréciez des valeurs communes à des gens d'un groupe d'âge donné dans l'auditoire, ils pourront se sentir froissés et se fermer pour le reste de l'exposé.

 

Sexe

Un seul message à ce propos: gare aux stéréotypes sexistes!

 

Nationalité, religion et culture

Il s'agit d'éléments tout aussi délicats que l'âge et le sexe. Un orateur averti s'affranchira des préjugés faciles ayant trait à l'un ou l'autre de ces éléments. Dans vos exposés, ne vous aventurez jamais à discréditer une nationalité, une religion ou une culture. Au contraire, montrez-vous toujours respectueux des traditions et des valeurs étrangères aux vôtres.

 

Scolarité et formation

Prenez toujours soin d'ajuster le niveau de difficulté du vocabulaire que vous comptez utiliser au niveau de scolarité (ou à la formation) de votre public.

 

Occupation

Si vous êtes renseigné sur l'occupation de vos auditeurs, vous pourrez éventuellement faire des rapprochements entre votre sujet et le monde de leurs expériences. La communication s'en trouvera améliorée.

Dans un autre ordre d'idées, il peut arriver que les hautes fonctions de certains membres de votre auditoire vous imposent un protocole qu'il serait maladroit d'enfreindre. Par exemple, si un doyen de faculté ou un p.d.g. assiste à votre exposé, il convient de signaler leur présence pendant votre allocution. Un orateur habile saura même mettre à profit cette présence pour parvenir à ses fins.

 

2.1.2. Dispositions de l'auditoire envers le sujet et l'orateur

 

Intérêt suscité par le sujet.

Les sujets d'exposés ne sont pas tous aussi passionnants les uns que les autres. De plus, si l'on a affaire à un auditoire captif, c'est-à-dire obligé d'assister à l'exposé, l'intérêt peut encore varier considérablement suivant l'humeur des individus et suivant le propos à l'ordre du jour. Un sujet facile, populaire et accrocheur exigera moins d'efforts de la part de l'orateur. Par contre, un sujet compliqué, technique ou spécialisé exigera qu'on le rende plus accessible en le vulgarisant ou, du moins, en prévoyant de nombreux exemples ou illustrations susceptibles d'apprivoiser et d'éclairer les auditeurs.

 

Expérience et connaissance du sujet.

On remarque souvent un indice de corrélation élevé entre l'intérêt pour un sujet d'exposé et la connaissance ou l'expérience qu'on a de ce sujet.

Par exemple, des véliplanchistes s'intéresseront vivement à un exposé, même technique, sur les principes aérodynamiques en cause dans la conception d'une nouvelle forme de voile. Si votre auditoire est déjà raisonnablement informé, vous pourrez vous permettre un exposé plus technique et plus fouillé. Dans le cas contraire, vos explications devront rester élémentaires. À cet égard, l'orateur qui s'adresse à un groupe aux connaissances hétérogènes et qui cherche à maintenir un niveau d'attention élevé se trouve dans une situation difficile.

 

Attitude envers le sujet.

Certains sujets prêtent d'emblée à la controverse: l'avortement, l'énergie nucléaire, etc. D'autres sujets sont réputés ennuyants ou rébarbatifs. Si vous devez traiter de tels sujets, tentez de connaître à l'avance la position de vos auditeurs afin de ne pas être pris au dépourvu par leur agressivité ou, au contraire, par leur inertie.

 

Attitude envers l'orateur.

Plusieurs facteurs donnent de la crédibilité à un orateur: ses titres, ses diplômes, sa profession, son statut d'expert, sa réputation d'enthousiasme, d'honnêteté ou de franchise, son sens critique, etc. Plus vous paraîtrez crédible, plus l'auditoire sera enclin à vous écouter. C'est pourquoi il ne faut jamais commencer un exposé en vous excusant de manquer de préparation ou d'expérience. En agissant de la sorte, vous détruirez dés le départ la crédibilité dont vous jouissez déjà.

Votre auditoire était neutre et même bienveillant à votre égard, il craint maintenant de s'ennuyer à cause du manque de préparation dont vous avez eu la maladresse de vous accuser. Si un collègue vous présente et souligne certaines de vos qualités, votre modestie sera peut-être mise à l'épreuve, mais ne le démentez pas; profitez au contraire de la crédibilité supplémentaire qui vous est offerte.

INDEX

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×