toucher et communication

Toucher et communication

Communication vient du latin communicare « mettre en commun ».

L’acte de toucher intervient dans la vie de tous les jours.

Nous palpons, manipulons, entrons en contact par le toucher avec les êtres vivants, les éléments, les objets.

Toucher nous est nécessaire pour vivre, source permanente de connaissance et d'expérience, lien vital avec le monde connu et inconnu.

Toucher abolit toute distance relationnelle entre le sujet et l'objet et engage l'individu à vivre un contact intime. Quelles que soient la durée et la qualité de ce contact, l'individu fait corps par sa peau, avec une matière concrète et unique, dans le présent. Il communique toute sa réalité corporelle et psychique du moment et reçoit en retour la réalité de l'autre et du monte environnant.

Cette nature spécifique du toucher (relation de deux corps) laisse entrevoir toute la richesse (à travers les perceptions) et la complexité (à travers l'action) de ce sens qui met en jeu les fonctions vitales de l'individu : émotionnelles, affectives, psychiques...

Nous ne pouvons pas ne pas agir et réagir au toucher, parce qu'il nous implique dans la communication avec l'autre.

Que nous acceptions ou refusions ce ressenti (la meilleure façon encore de l'ignorer serait de ne pas toucher), nous l'enregistrons dans toute sa multiplicité, consciemment et à notre insu.

Le toucher, défini comme charge et décharge émotionnelles, mobilise un vaste champ d'excitations sensorielles qui réagissent les unes sur les, autres, donnent la température de l'être, créent et modifient l'échange.

Le scénario du toucher

En découpant image par image le scénario du toucher, on voit que :

toucher est une perception immédiate, une sensation pure et primitive éprouvée par l'individu sur la nature de la matière (mou/dur, sec/mouillé, chaud/froid. lisse/rugueux...).

Ce ressenti archaïque appartient plus à l'enfant qu'à l'adulte, ce dernier intégrant le contact sur les plans plus émotionnels et mentaux de sa personnalité ;

toucher est un réservoir de données et d'informations qui, ajoutées aux autres expériences sensorielles, renseigne et précise l'origine de cette matière (eau, main, chaise...) ;

toucher est un échange d'informations et de données entre le sujet et l'objet ;

toucher s'accompagne d'appréciations, d'évaluation qui s'expriment par : une émotion agréable/désagréable) ou un sentiment (ca me rend triste, joyeux...), ou un fantasme (ça peut me faire mal...) ou une représentation (ca me rappelle...)

Toucher pour communiquer est acte de sensualité, nourriture érotique et affective aussi indispensable et agissante que toute autre nourriture. Acte de désir et de plaisir, celui d'être vivant, de le dire.

Acte de transformation du monde, sans lequel l'humanité n'existerait pas.

Mode instinctif et culturel de contact, le toucher diffère suivant les époques et les ethnies, tisse sa trame des relations humaines, perpétue aussi certains schémas aliénants de la communication.

Affaire d'éducation, le toucher raconte l'histoire personnelle de chacun à travers ses manifestations conscientes et inconscientes (la façon de toucher, calmement, nerveusement, avec force, mollesse... ne pas toucher ou ~moins possible, les actes manqués...).

Véritable langage parallèle, cette voix du silence peut tout aussi bien traduire fidèlement notre monde intérieur que le trahir.

Exemple : nous pouvons toucher l'autre de la main avec chaleur en accord avec notre émotion du moment, ou faire croire que nous l'accueillons alors que d'autres signes corporels disent le contraire ; avancée de la main, contact et rigidité du corps ; geste apparemment détendu et ouvert alors que la voix est sèche et froide.

Subtil mélange d'interdits et de permissions, le toucher à ses limites, circonscrites en premier lieu par le père et la mère.

L'exemple des parents dans leurs contacts entre eux, s'ils ont ou non des gestes tendres et affectueux, et avec leurs enfants, conditionnent le toucher de l'adolescent, de l'homme et de la femme en devenir.

Généralement, ce contact parfaitement admis dans la petite enfance disparaît vers 10-12 ans, entre le père et son fils, car ce serait avouer la part .. « honteuse » d'un contact homosexuel, entre le père et sa fille par le tabou sexuel, entre la mère , sa fille et son fils, pour les mêmes raisons.

Le touche s'arrête aux frustration infantiles de la fille et du garçon et leur éducation différenciée (la fille ; être passif, timide, fragile ; le garçon, : être actif courageux, fort) dicte leur conduite sensuelle, sexuelle et sociale.

Plus qu'un conditionnement à ne pas toucher, l'éducation fait du toucher un acte de crispation, de défense ; quand la communication par le toucher n'est pas banale et réduite à des gestes réflexes et utilitaires elle est agressive violente, raciste (de classe, de sexe, d'âge, de races).

Il est compréhensible que les individus cherchent à « récupérer » ce manque de contact par le toucher, à travers des des formes très variées allant des lieux d'expression du corps : massages, thérapies... aux médias : annonces de journaux (appel aux rencontres) et à tous les contacts publics (métro, café, boites de nuit...)

Ces réseaux de communication ont des fonctions bien particulières dont nous pouvons dire brièvement qu'elles remplissent les rôles de rééquilibre affectif, de palliatif à la solitude et à la misère affective et sexuelle, d'exutoire aux refoulements tactiles par des modes violents et agressifs (contact force, attouchements, appropriation de l'autre...).

Ce toucher dont la connotation est exclusivement sexuelle montre bien à quel point la communication par le toucher s'est appauvrie et détériorée, car si corps et sexualité sont étroitement liés, ils ne sont pas pour autant synonymes. « Dans notre culture certaines parties ou fonctions du corps acquièrent une signification dominante, valorisée par la mode et renforcée par la répression. » Willy Pasini dans "Éros et changement"

Toucher n'est jamais un geste neutre, sans portée. Simple en apparence il peut construire et détruire l'individu : dégoût, peur, plaisir, désir sont autant de réactions qui déterminent la qualité de la communication.

Si on examine le mode occidental du toucher dans la communication courante, on s'aperçoit qu'il privilégie la main et la bouche.

À la mobilité des mains et de la bouche s'opposent la mise entre parenthèses du corps, son immobilité et sa rigidité. Cette dissociation ne s'explique pas seulement par le fait que main et bouche sont des terminaisons nerveuses d'une extrême sensibilité et précision, il semblerait qu'elle corresponde à la coupure : mental et corporel. Ne sont utilisés et exprimés que les membres et organes qui ont été le moins réprimés.

Parallèlement, l'acte de toucher par la bouche est beaucoup plus proche de l'expérience originelle (succion) que ne sont les mains, instrument du corps et de l'intellect, de l'activité.

Dans son livre "La Peau et le toucher", Ashley Montaigu résume la seule étude anthropologique sur la tactilité dans une culture de tradition orale, les Dusun du nord de Bornéo : « Le passage de la sensation tactile à une représentation conceptuelle semble capital, écrit T. R. Williamo, pour comprendre la façon dont les individus assimilent l'acquis culturel de leur société au cours de leur apprentissage social et dans la transmission des traditions. On peut observer quelques comportements tactiles manifestes et de nombreux substituts au toucher proprement dit. Ces substituts se traduisent dans le langage, dans des gestes ou dans des positions du corps utilisés couramment dans la vie sociale. Par exemple, des mots différents expriment les attouchements vitaux et les attouchements non vitaux. De même les Dusun font clairement la différence entre être touché au vif, être touché-ému et être attendri ; et aussi entre se toucher, se chatouiller ou se peloter l'un l'autre. Les Dusun ont recours couramment dans leur vie à des gestes codifiés par la coutume et qui suggèrent des formes particulières du toucher. On a recensé environ quarante gestes exprimant l'émotion, dont douze au moins ont une signification ouvertement érotique et désignent des actes sexuels. Quant aux positions du corps symbolisant des sensations tactiles, elles mettent en jeu un ensemble complexe de gestes comprenant des inclinaisons de la tête, des expressions faciales, des mouvements des mains, des bras et du buste. »

Dans cet exemple, il apparaît que l'apprentissage du toucher se fait plus au niveau d'une symbolisation du corps et des gestes que par l'acte de toucher lui-même.

Plus une société atteint un haut niveau de technicité et de développement, moins l'individu s'investit dans la communication par le toucher.

La kyrielle d'instruments médiateurs « hygiéniques » éloigne l'individu de ses besoins réels, et remplace la communication directe par des systèmes rapides, dénués de personnalisation.

L'espace du toucher féminin est celui de l'intérieur, de la maison :

efficace : cuisine, ménage, soins des enfants ;

purificateur : il nettoie, range, élimine la matière en décomposition (merde, saleté ) ;

gracieux : les femmes en touchant enveloppent, enrobent, de délicatesse et de finesse ce qui vit autour d'elle;

réparateur : il console, soutient, restaure ;

qui ne permet pas de violence : les femmes subissent plus souvent la violence physique des «mâles » ne se reconnaissent ce droit lorsqu'il est nécessaire (les femmes battues) ;

rarement créateur : peu de femmes encore aujourd'hui osent toucher pour modeler, sculpter, peindre, imaginer, produire et acceptent d'être le relais, la source d'inspiration, ou l'exécutante sage et modeste. Quand elles créent (autre que l'entretien de l'homme et de leurs enfants, repas, couture, décoration, soins des enfants, elles le font dans l'obscurité et la non-reconnaissance ;

qui est un plaisir plus proche : plus immédiat, plus libre que ne l'est celui de l'homme. Un toucher qui procède du concret, de l'envie de... sans que les femmes aient besoin de le faire savoir, de le proclamer, d'en tirer autre chose que l'agréable .

Ce toucher féminin, dont la liste est loin d'être complète, n'a aucune fonction sociale reconnue, sinon celle admise d'entretien de la joie, de la forme physique et psychique de l'homme et des enfants.

On retrouve cette même hiérarchie dans les « activités sociales des femmes, appréciées lorsqu'elle répond à des fins de rentabilité (le merveilleux doigté des ouvrières de l'horlogerie, de la confection...), moins encouragée lorsqu'elle à la prétention de se mouvoir vers d'autres sphères plus décisionnelles et intellectuelles ».

L'espace du toucher masculin, lui, est celui

de l'extérieur,

de la maîtrise,

de la conquête,

du combat farouche, guerrier et dangereux

pour le pouvoir (politique, économique, intellectuel, affectif, créatif) .

À part de sales travaux laissés aux minorités raciales et aux femmes, l'homme ne touche que ce qui peut l'ennoblir, et qu'il peut ennoblir. Si son terrain est celui habituellement réservé aux femmes il sera élevé au rang social (maître cuisinier, maître tailleur. ..) :

moins gracieux : on ne demande pas à l'homme de l'être, ou alors il a franchi la frontière de son sexe et reconnu ses valeurs féminines ;

innovateur : il conçoit, aménage ;

protecteur : il dirige, conduit, dicte ;

violent : il frappe, blesse, fait lu tapage ;

créateur : il produit, modèle, donne forme.

À l'intérieur de cette même société, il existe un toucher « de classe » dans le travail avec une séparation natta travail manuel/travail intellectuel.

Et il intervient pour le travail manuel une dévalorisation du toucher, du concret, du contact avec la matière à tel point que les gouvernement sont obligés de promouvoir des campagnes publicitaires sur la revalorisation du travail manuel.

Le toucher avec l'autre

Le toucher dans la communication est constitué d'un ensemble de codes que nous utilisons pour nous faire connaître, prendre connaissance de l'autre et marquer le contact.

Serrer la main

Mode le plus répandu en Occident, il peut être

Cérémonieux, le corps droit et immobile, la poignée de main ferme et rapide.

Mou la main lourde et flasque s'appesantit dans celle du partenaire.

Énergique la poignée de main est sans ambiguïté, franche et parfois chaleureuse.

Tenace une fois qu'elle tient, elle ne lache plus.

Froid, il n'invite guère à prolonger le contact.

Moite, il est très désagréable et laisse une impression de poisse...

Se serrer la main se justifie dans une première prise de contact et les relations exclusivement sociales, ce sont les hommes qui en font le plus usage entre eux.

Les femmes s'embrassent et s'enlacent plus volontiers, rompant ainsi cette mise a distance par les mains en société.

Les jeunes gens préfèrent embrasser les femmes même à la première rencontre et sont, dans la grande majorité des cas, réfractaires à un contact plus rapproché avec leurs partenaires de même sexe. Cette marque d'affection est encore un interdit difficile à franchir et qui, dépassé, remet en cause tout un comportement relationnel masculin.

Serrer la main est une coutume qui varie d'une région à l'autre : les habitants du nord de la France sont plus enclins à se serrer la main que ceux du sud.

D'une classe à l'autre, les salutations tactiles sont simplifiées, dans le monde ouvrier, par exemple, ou empreintes de civilités et de déférence dans la bourgeoisie.

D'une culture à l'autre : le code de salut dans le monde arabe entre hommes seulement s'agrémente d'autres gestes :

« Au Maroc, relève A. Montagu dans une étude de Wistermarck, lorsque deux hommes de même niveau social se saluent, ils ont un rapide mouvement pour se serrer la main, la retirent immédiatement et embrassent chacun leur propre main. Les Soolimas, eux, se saluent de la main droite, paume contre paume, et de ces mains jointes se touchent le front puis le côté gauche de la poitrine.»

Serrer la main est très prisé chez les Anglo-Saxons qui y trouvent là un moyen de garder une distance « convenable ».

Les juifs, au contraire, qui ont connu dans l'enfance un fort degré de tactilité, le cultivent à l'âge adulte. Ils sont très démonstratifs, saluent, embrassent, étreignent.

Le terme « abrazo » désigne l'accolade des hommes espagnols qui se tapent les épaules parfois pendant un quart d'heure.

Les Américains ont très vite supprimé le serrement de main dans la communication sociale. Dans les relations plus affectives entre hommes ils s'interpellent par leur prénom plus qu'ils n'ont de contact par le toucher. Les femmes n'utilisent que peu le serrement de main et communiquent de façon beaucoup plus directe entre elles : geste de la main sur l'épaule, le cou, dans les cheveux, baisers et caresses.

Le baiser

Dans le baiser intervient avec la tactilité, le goût : la peau à une saveur propre à chacun de que nous « testons », lorsque nous déposons un baiser sur les joues de l'autre.

Le baiser indique que la relation est plus proche, mais il est aussi la recherche d'une intimité et d'un contact sensuel.

C'est le cas entre filles et garçons où le baiser est un support de drague facile.

Mouillé, le baiser laisse un peu de salive.

Ventouse, il colle à la peau et s'en détache difficilement.

« En cul de poule », le contact de la peau s' accompagne d'une moue qui ponctue la nature du geste : distance hygiénique.

Long ou bref, suivant ce que la personne veut signifier.

Chaste, sur le front : jeu ou expression d'une attitude de type fraternel, protecteur ou maternel.

La langue (hormis dans les contacts amoureux) ne se mêle pas au baiser chez les peuples civilisés alors que chez les primitifs la friction faciale nasale réciproque plus employée que le baiser est suivie d'action linguale.

Dans "La Fonction érotique", Gérard Zwang rapporte ce contact particulier qui est par la bouche et la langue une appréhension tactile et gustative du partenaire : « Nous avons le même goût, nous sommes du même sang. »

Chez les Asiatiques et plus spécialement les Japonais, le baiser est absent.

Les Russes - entre hommes - se baisent sur la bouche en signe de retrouvailles et d'amitié.

Cette coutume étonne les Occidentaux, mais que l'on ne s'y méprenne pas ce contact de bouche à bouche est plus une reconnaissance de la nature virile de leur sexe et peut tout aussi bien être employé entre soldats qu'entre civils, et perd sa fonction érotique.

Le droit de cuissage

Les femmes subissent plus que tout autre les agressions de leurs corps que le sexe mâle ne se prive pas de commettre lorsqu'il en a l'occasion.

Cette appropriation du corps des femmes (indirecte et vile) est encouragée par l'éducation : l'exemple du père collant sa main aux fesses de sa femme légitime aux yeux du garçon son droit de propriété des femmes, et assure au sein de la famille une complicité sexiste.

Les medias (films, livres, publicité), qui ne cessent d'avilir le corps des femmes offertes aux mains et plaisirs masculins, sont le relais idéologique parfait à ce viol généralisé.

Mettre la main « au cul » des femmes dans la rue n'est plus aussi facile, l'homme cherchera d'autres lieus plus propices aux contacts (ascenseur).

La main aux seins est plus rare car elle confronte directement l'homme avec son « objet » de viol. L'homme ne peut soutenir ce face à face qui le dévoilerait lâche et grossier.

Le droit de cuissage en public, privilège du petit peuple mâle, trouve sa légalisation dans les couches plus élevées de la gent masculine et notamment dans le travail.

Cadres et patrons jouissent du corps des femmes travailleuses (ouvrières, secrétaires ) sans qu'elles aient la possibilité de se défendre contre cette double discrimination (exploitation de leur force de travail et de leur corps) sous peine d'être licenciées, d'être la proie de chantage et de menaces, ou plus cyniquement d'être taxées d'hystériques et te provocatrices . (cf rapport Auroux, nov. 1981)

Que diraient ces messieurs si nous leur mettions délibérément la main aux fesses et les traitions comme des marchandises sexuelles ?

La bourrade

Se taper dans le dos, sur l'épaule est le propre des hommes qui, tout en montrant leur complicité de sexe, évitent ainsi un rapport compromettant .

L'éducation sexiste dit bien qu'un garçon doit être fort et se battre.

La bagarre

« Les coups ça fait mal... » et parfois du bien

La bagarre est le moment privilégié où les corps se touchent, se confrontent, se jaugent, s'évaluent. Ces frictions corporelles ne se bornent plus à la main ou l'épaule, et la bagarre légalise un toucher plus directement sexuel dont les combattants ont rarement conscience.

Dans l'une des scènes de son film "Love", Kenn Russel montre les ébats amoureux et guerriers de deux hommes d'une trentaine d'années demi-nus sur un tapis de laine et près d'un feu de bois. Curieusement le titre en anglais est "Women in love".

Au-delà du droit du plus fort, de la démonstration entre hommes de leur force et de leur virilité, s'exprime un besoin plus profond de toucher son semblable. Derrière l'affrontement et le défi physique se cachent des demandes de contact que le garçon ne peut se représenter et vivre autrement que par l'agression des corps.

Les formes utilisées pour ce faire sont des plus contestables puisqu'elles maintiennent la relation intermasculine dans le champ étroit des « règlements de compte » grotesque où les deux seules données sont celles de la puissance et du pouvoir.

Nous retrouvons ce même mode de réponse et de communication entre hommes par le toucher dans un sport comme la mêlée de rugby par exemple ; cette fois il ne s'agit plus de bagarre dans son sens strict, mais d'affrontements de jeu, de corps à corps dont l'objet transitionnel est le ballon. Les mains des joueurs enserrent la taille, le bas-ventre, les jambes...

Ces « accouplements » masculins se poursuivent hors du stade dans les vestiaires (séances de massage, douches en commun...). Il est remarquable de voir que le toucher entre hommes est autorisé dans ce cadre-là, celui du jeu et de la compétition, permettant de donner vie au contact des corps. Mais qu'il n'est jamais reconnu comme plaisir et attirance entre hommes.

Cette constatation est valable à l'armée et dans les guerres où le partage en commun de la vie fait obligatoirement appel aux contacts entre corps ; ne serait-ce que pour retrouver chaleur et affection dont tout être humain a besoin.

La danse

Les bals du samedi soir et les sorties dans les boites de nuit sont les occasions les plus courantes pour entrer en contact avec l'autre par le toucher.

« Valse ou tango, écrit Zwang, "excusent " l'enlacement, la prise par la taille, la jonction des mains, la pression réciproque des bustes, des ventres, l'entrelacement des membres inférieurs. »

La danse et la musique remplissent le rôle de rencontres et d'érotisation qu'il n'est guère utile de mettre en évidence.

On remarque malgré tout que le phénomène de la musique « rock » est l'expression d'une rupture avec un mode de contact et de communication trop codé ; et si cette musique éloigne plus les corps qu'elle ne les lie, la jeunesse manifeste son besoin d'amour dans les rassemblements des corps au cours des concerts et autre vécu relationnel (vie en commun, repos, activité) dans un même espace, plus spontané et libre.

Les câlins

Se dorloter, se bercer, se témoigner de l'affection par des gestes de tendresse et des caresses est une réalité humaine qui ne s'arrête pas à l'enfance.

Être adulte dans sa définition de « parvenu à sa croissance » n' exige pas la brutale disparition de signes affectueux et chaleureux.

Les difficultés que rencontrent les individus dans leur communication tiennent en grande partie à cette censure dans l'échange affectif : les câlins sont assimilés à un comportement infantile, voire abêtissant.

La faillite des relations humaines trouve son origine dans la raideur et la fausse pudeur qu'ont les adultes à s'aimer et a se prodiguer des douceurs.

De cette inaptitude à sortir du raisonnable et du pondéré, les adultes s'enferment dans des caricatures stupides et, plus grave encore, font de leur sexualité le seul lieu où se déversent leurs manques de contacts affectueux, dans le quotidien, sans tendresse, mesure et écoute de l'autre. En croyant se donner et recevoir ils prennent et s'abusent l'un l'autre, oubliant « ces plages de solitude ». C. Zwang, La Fonction érotique.

Le toucher de masse

Dans tous les lieux de concentration humaine ou nous évoluons (foule, métro, rues, grands magasins. café...), nous ne pouvons échapper aux rencontres fortuites, aux contacts de « surface » qui, comme tels, sont une forme de communication par le toucher, même s`ils sont la plupart du temps vidés de tout contenu émotionnel et affectif, et ne s'adressent à personne en particulier.

La gêne et le malaise que provoque cette promiscuité tactile sont liés à :

la disparition (ponctuelle) de l'espace vital,

l'effraction de la bulle intime

Distance où l'on reçoit les signaux (chaleur, odeurs, sueur...) et ou les nôtres sont perçus.

Noyé dans la masse, chacun n'est plus le même, il devient victime des autres, altéré, aliéné. »

G. Zwang : « La promiscuité des transports en commun, des files d'attente, des cérémonies en plein air entraîne de visibles contorsions physiques (et mentales) pour ne pas voir les autres, ne pas les sentir, s'abstraire du magma opaque, préserver l'individualité de son entourage. »

Cette dépersonnalisation objective a aussi ses moments euphorisants et recherchés pour s'évader de sa petite sphère individuelle et se brasser dans la masse. La foule repousse autant qu'elle attire.

L'auto-toucher

Nous laissons parler notre corps, le plus souvent à notre insu, lorsque nous ponctuons un acte, une parole, attitude par des gestes que nous nous prodiguons : main sur le visage, dans les cheveux, main sur le ventre, la poitrine...

Cet auto-toucher entre dans la communication avec l'autre comme signal de notre état émotionnel de l'instant.

Il revêt différentes formes : la gêne, le malaise, la timidité, l'énervement, le plaisir, la peur...

En livrant en raccourci et en image ce que nous ressentons intimement, nous influons sur le contact, de manière beaucoup plus immédiate et directe que nous le supposons.

Ce que l'individu dit par ces signes et ce que l'autre comprend peut tout aussi bien accélérer la fin de l'échange que l'encourager, le rendre confus ou clair.

Les gestes de réassurance

Les gestes parasites ont leur raison d'être en tant qu'expression de l'angoisse et des tensions qui échappent au contrôle de l'individu et apparaissent de façon réflexe dans des situations précises.

Ce que le conscient exprime par les mots, l'inconscient le traduit par le non-verbal et toutes ces manifestations gestuelles qui viennent renforcer ou contredire ce que l'individu éprouve. Chacun dispose de tout un arsenal de gestes qui lui sont propres.

Dans la communication avec l'autre, la multiplication des signes-paroles, voix, gestes, perturbe l'échange. Et le partenaire aux prises avec ces différents langages, dont il ne saisit pas obligatoirement le sens, l'empêche d'intégrer la relation dans les meilleurs conditions d'écoute et dé réceptivité.

Ce brouillage traduit la panique (geste de protection du moi, geste qui cache les parties vulnérables...), il parle aussi d'événements antérieurs que l'individu retrouve à certaines occasions.

Chercher à comprendre la signification de ces signes, c'est prendre conscience des différentes couches de son individualité et situer les périodes de l'existence qui n'ont pas été normalement digérées.

Exemple : des gestes puérils à son propre égard témoignent de traces de l'enfance encore vivaces chez l'adulte qui n'ont pas trouvé leur juste aboutissement.

Les gestes culturels

Il suffit d'observer les hommes et les femmes dans leurs activités et leurs mouvements pour s'apercevoir qu'ils accomplissent de manière rituelle des gestes types, des caricatures de comportement qui constituent ce que Jung a appelé « la persona » Jung, La Dialectique du moi et de l'inconscient

« Ce terme de persona, écrit-il, exprime très heureusement ce qu'il doit signifier, puisque, originairement, la persona désignait le masque que portait le comédien et indiquait le rôle dans lequel il apparaissait »

« La persona est un ensemble compliqué de relations entre la conscience individuelle et la société ; elle est adaptée aux fins qui lui sont assignées, une espèce de masque que l'individu revêt ou dans lequel il se glisse ou qui, même à son insu, le saisit, s'empare de lui, et qui est calculé, agencé,fabriqué de telle sorte qu'il vise à créer une certaine impression sur les autres et d'autre part, à cacher, dissimuler, camoufler la nature vrai de l'individu. »

À cet habit, cette apparence qui fait l'homme d'affaires, la secrétaire, viennent s'ajouter des gestes «culturels » qui sont plus directement liés à l'appartenance du sexe.

L'homme dont le corps n'a jamais été vécu comme attractif, séduisant, esthétique, et donc sans valeur érotique pour lui et l'autre, aura pour lui-même des gestes bruts, peu raffinés, comme main sur les cuisses, frottement de la poitrine, de ses parties génitales ce qui dans ce dernier cas marque à la fois le manque total de pudeur pour lui-même (et l'autre), la vérification que son organe est toujours là (angoisse de castration) et la démonstration publique de son appartenance au masculin.

Quand ces gestes ne sont pas attribués aux fonctions digestives et sexuelles, ils se portent directement sur sa partie intellectuelle : mains ou doigts qu'il presse sur son front, mouvement circulaire de la main sur le menton...

La femme qui, inversement, et même si elle commence à sortir des sentiers battus de la séduction, est affichée comme objet de convoitise et le reprend à son compte aura à son égard des gestes aussi typiques, tendant à vérifier si rien ne cloche, si elle est « regardable », des gestes d'attention plus sensuels et érotiques dirigés vers l'extérieur : main dans les cheveux qui les recoiffent, main qui caresse sa bouche, mains sur les hanches, les genoux.

Imaginons une femme qui se caresse la poitrine ou se gratte le pubis, elle sera taxée de vicieuse et de vulgaire.

Sommeil et toucher

Dans le sommeil, la nuit, notre corps, nos sens ne sont pas « comme morts », contrairement à une opinion largement répandue. Les organes sensoriels de la peau jouent un rôle dans les mouvements que l'on a pendant le sommeil.

D'une part, des enregistrements ont montré que les battements du coeur s'accélèrent quelques minutes avant nos mouvements puis se calment ensuite.

D'autre part, pendant les rêves, l'excitation sensorielle est parallèle au degré d'excitation sexuelle. La peau est donc le sens qui reste vigilant pendant notre sommeil et le réveil qu'il sera le premier à percevoir ; nous sentons notre position avant d'entendre, de voir.

Le toucher des éléments

L'être humain vit en contact avec les quatre éléments primordiaux que sont l'eau, la terre, le feu et l'air.

Habitué à évoluer parmi eux, l'individu et particulièrement le citadin, pour qui la ville est un écran, a refoulé ces relations originelles dans son inconscient, dans son vécu onirique. La portée symbolique des éléments trouve plus facilement aujourd'hui son expression dans l'art.

L'eau associée à la féminité, passivité, réceptivité, fécondité, fertilité. L'eau source de vie, mais qui peut inonder, engloutir, faire pourrir.

Se baigner dans l'eau est un retour à notre originel, fluide où l'on peut totalement se laisser aller.

La terre engendre, produit des formes vivantes. La terre est à la fois mère et mort. Les formes vivantes naissent en son sein et les dépouilles mortelles y retournent.

Fouler la terre de ses pieds signifie reprendre contact avec ses racines, puiser des forces dans son calme.

L'air est un élément mobile masculin : actif, puissant, fécondent. Les vents ont été ainsi divinisés par les peuplades primitives.

Le feu est médiateur entre l'eau et l'air, entre les dieux et les hommes. Mais si le feu nous éclaire et nous réchauffe, il peut aussi nous détruire et nous anéantir.

L'homme retire du bien-être pour son corps et son âme des rayons chauds du soleil qu'il recherche pour se vivifier. Et la séduction d'un vrai feu qui nous réchauffe, fait rêver et communiquer plus simplement.

L'individu au milieu des éléments vit la sensation directe, des perceptions simples et sans commentaires, abandonne pour un temps ses préoccupations d'adulte et redevient l'enfant jouisseur...

(ref:www.lanzarotecaliente.com)

retour

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site