Maslow et la "pyramide" des besoins de l'être humain

Maslow et la "pyramide"
des besoins de l'être humain
À la base des théories humanistes, l'humain est vu comme un être fondamentalement bon se dirigeant vers son plein épanouissement (l'actualisation). Cette approche suppose l'existence du Moi et insiste sur l'importance de la conscience et de "la conscience de soi". Le but recherché par le psychologue humaniste est donc de permettre à tout individu de se mettre en contact avec ses émotions et ses perceptions afin de se réaliser pleinement, c'est-à-dire, atteindre l'actualisation de soi. Parmi les principaux représentant de cette école de pensée, rappelons Carl Rogers (1902-1987) et Abraham Maslow (1916-1972).
Pour Maslow (1970), le comportement est aussi notre désir conscient de croissance personnelle.
Les humanistes soulignent même que certains individus peuvent tolérer la douleur, la faim et beaucoup d'événements qui sont sources de tension pour atteindre ce qu'ils considèrent comme un accomplissement personnel. Selon Maslow, les besoins humains sont organisés selon une hiérarchie où, à la base, on retrouve les besoins physiologiques élémentaires et à son sommet, on retrouve les besoins psychologiques et affectifs d'ordre supérieur. Ce sont ces besoins qui créent la motivation humaine.

Nous garderons la présentation habituelle sous forme de pyramide de la hiérarchie des besoins de l'homme définis par Maslow (même si la réalité n'est pas aussi statique, une boucle existant entre les besoins) car elle facilite la compréhension initiale.

* La première observation que l'on peut faire devant une pyramide c'est que, pour qu'elle tienne droite, elle doit avoir une base solide, car une erreur de construction du soubassement entraînera un affaissement de l'ensemble.
o De même à chaque étage une anomalie de construction aura pour conséquence un effondrement des étages situés au-dessus et ainsi de suite jusqu'au sommet.
o Mais, également, une faille étendue et profonde peut, à n'importe quel étage de la pyramide, avoir un effet destructeur de l'ensemble. Cette digression architecturale, permet une première approche de l'interdépendance des besoins.

- A la base de la pyramide on retrouve les besoins de maintien de la vie (respiration, alimentation, élimination, maintien de la température, repos et sommeil, activité musculaire et neurologique, contact corporel, vie sexuelle). Ces besoins sont fondamentaux.

* En effet, un manque, une privation aura obligatoirement un impact sur les autres besoins, car la construction des étages supérieurs est alors impossible (ex : enfants du Sahel ; mais aussi une grande partie de l'humanité)

- L'étage au-dessus représente les besoins psychologiques : de sécurité (protection physique et psychologique, emploi, stabilité familiale et professionnelle), de propriété (avoir des choses et des lieux à soi) et de maîtrise (pouvoir sur l'extérieur).

* Un "chômeur", n'ayant pas de sécurité ne pourra pas construire l'étage supérieur. De plus, si ce demandeur d'emploi ne touche pas d'indemnisation il aura des problèmes pour assurer ses besoins de maintien de la vie et la pyramide humaine s'écroulera.

- Le 3° étage est représenté par les besoins sociaux : d'affectivité (être accepté tel que l'on est, recevoir et donner amour et tendresse, avoir des amis et un réseau de communication satisfaisant), d'estime de la part des autres (être reconnu comme ayant de la valeur) et d'appartenance (on vit en société et notre existence passe par l'acceptation des autres avec leurs différences, ainsi que par l'appartenance à un groupe).

* Si ces besoins de base sont satisfaits, il y a apparition, selon ce que l'on appelle le principe d'émergence, d'autres besoins dits besoins secondaires de développement, qui sont plus de l'ordre de la réalisation de soi, comme être libre, que du comblement de manques.

- Le quatrième étage, c'est le besoin d'estime de soi-même : sentiment d'être utile et d'avoir de la valeur, point de départ de l'acceptation de soi et du développement de l'indépendance.
- Ce besoin une fois satisfait, on peut alors accéder au sommet de la pyramide, arriver à la réalisation de soi (accroître ses connaissances, développer ses valeurs, "faire du neuf", créer de la beauté, avoir une vie intérieure) et, comme dit Nietsche, "devenir ce que nous sommes ".

* Chez de nombreux individus, ce besoin d'actualisation de soi comprend les besoins de compréhension cognitive (nouveauté, exploration, connaissance) et les besoins esthétiques (musique, art, beauté, ordre).
Attention : l'actualisation n'est jamais complètement atteinte et toujours à rechercher davantage.
mas1
La vision dynamique donnée par une boucle récursive,
rend mieux compte de la réalité de l'interdépendance des besoins et des aspirations.
(schéma conçu avec Gérard Proisy, Quadrature, organisme de formation en management)
mas2
Boucle récursive : boucle qui peut être répétée de façon indéfinie. «L'ajout d'une "boucle récursive", caractéristique d'une "hiérarchie enchevêtrée", permet de montrer la complexité : elle affole la hiérarchie sans pour autant jamais l'annihiler. Entre le besoin régulateur et le régulé, entre la cause et l'effet il y a permutation éphémère des niveaux, oscillation, sans que le niveau inférieur ne prenne le dessus de façon permanente.
La boucle récursive est différente de la rétroaction (feed-back) qui est un élément d'un programme alors que la boucle récursive est à elle-même son propre programme. Quand à la circularité, ce qui lui manque pour devenir complexe, c'est justement l'élément hiérarchique». Biblio: Orgogozo I., Serieys H., Changer le changement, Seuil,Paris, 1989, 217 p.
BESOINS PHYSIOLOGIQUES
Dans la hiérarchie des besoins de Maslow, les besoins physiologiques sont prioritaires. Généralement, une personne cherche à satisfaire ses besoins physiologiques avant tous les autres (Maslow, 1970).
Par exemple, une personne qui manque de nourriture, de sécurité et d'amour cherche habituellement à satisfaire son besoin de nourriture avant de satisfaire son besoin d'amour.
Les besoins physiologiques sont les besoins dont la satisfaction est importante ou nécessaire pour la survie. Les êtres humains ont huit besoins physiologiques fondamentaux : les besoins d'oxygène, de liquides, de nourriture, de maintien de la température corporelle, d'élimination, de logement, de repos et de rapports sexuels.
Un nourrisson doit avoir de l'aide pour satisfaire ses besoins de nourriture, de logement, de liquides, de maintien de la température corporelle et d'élimination.
À mesure qu'une personne croît et se développe, elle est de plus en plus en mesure de satisfaire ses besoins physiologiques.
Un enfant de deux ans qui veut de l'eau sait habituellement où se trouve l'eau et comment en avoir. Bien que ses efforts puissent être mal dirigés, s'il est très motivé et n'a personne pour l'aider, il réussira à obtenir son verre d'eau. Habituellement un adulte en santé est en mesure de satisfaire ses besoins physiologiques sans aide.
Les très jeunes enfants, les personnes âgées, les pauvres, les malades et les handicapés dépendent souvent des autres pour satisfaire leurs besoins physiologiques fondamentaux. L'infirmière a souvent pour fonction d'aider le client à satisfaire ses besoins physiologiques.
BESOINS DE PROTECTION ET DE SÉCURITÉ

Les besoins de protection et de sécurité physique et psychologique viennent immédiatement après les besoins physiologiques dans l'ordre de priorité des besoins.
Sécurité physique
Lorsqu'un nourrisson vient au monde, sa sécurité physique dépend entièrement des gens qui l'entourent. Puis, à mesure qu'il grandit et se développe, il parvient progressivement à une plus grande autonomie pour la satisfaction de ses besoins. Généralement un adulte peut combler lui-même ses besoins de sécurité physique. Toutefois, une personne âgée, malade ou handicapée peut ne pas être en mesure de satisfaire sans aide ses besoins de sécurité physique.
Le maintien de la sécurité physique implique la réduction ou l'élimination des dangers qui menacent le corps ou la vie de la personne. Le danger peut être une maladie, un accident un risque ou l'exposition à un environnement dangereux.
Un client malade peut ne pas être en mesure de se protéger d'un danger comme l'infection. Sa protection face à un tel danger dépend alors des professionnels de la santé.
Parfois, la satisfaction des besoins de sécurité physique est plus importante que la satisfaction des besoins physiologiques.
Par exemple, une infirmière qui s'occupe d'un client désorienté devra peut-être veiller à le protéger pour qu'il ne tombe pas de son lit avant de lui dispenser des soins visant à satisfaire ses besoins nutritionnels.
Sécurité psychologique
Pour se sentir en sécurité psychologiquement une personne doit savoir ce qu'elle peut attendre des autres, y compris des membres de sa famille et des professionnels de la santé, ainsi que des interventions, des expériences nouvelles et des conditions de son environnement
Toute personne sent sa sécurité psychologique menacée lorsqu'elle fait face à des expériences nouvelles et inconnues. Généralement, ces personnes ne disent pas ouvertement qu'elles sentent leur sécurité psychologique menacée, mais leur conversation peut indirectement révéler leurs sentiments.
Un étudiant qui entre au collège peut ressentir une certaine insécurité s'il ne sait pas à quoi s'attendre ; une personne qui commence un nouvel emploi peut se sentir intimidée à l'idée d'avoir à entrer en contact avec des inconnus ; un client qui doit subir une épreuve diagnostique peut être effrayé par les techniques utilisées.
BESOINS D'AMOUR ET D'APPARTENANCE
Après les besoins physiologiques et les besoins de sécurité viennent les besoins d'amour et d'appartenance.
Généralement, une personne ressent le besoin d'être aimée par les membres de sa famille et d'être acceptée par ses pairs et par les membres de sa communauté. Habituellement, le désir de combler ces besoins survient lorsque les besoins physiologiques et les besoins de sécurité sont satisfaits, car ce n'est que lorsqu'une personne se sent en sécurité qu'elle a le temps et la force de rechercher l'amour et l'appartenance et de partager cet amour avec d'autres (Rogers, 1961).
Une personne qui est généralement en mesure de satisfaire ses besoins d'amour et d'appartenance est souvent incapable d'y arriver lorsqu'une maladie ou un traumatisme viennent interrompre ses activités.
De plus, lorsqu'un client est hospitalisé, il lui est encore plus difficile de satisfaire ces besoins. Le client est obligé de s'adapter à certains aspects du système de santé, comme l'organisation, les horaires, les contraintes du milieu, les heures de visite. Il lui reste donc peu de temps ou d'énergie pour satisfaire ses besoins d'amour et d'appartenance avec sa famille ou les personnes clés dans sa vie
BESOINS D'ESTIME DE SOI ET DE CONSIDÉRATION
Toute personne doit éprouver de l'estime pour elle-même et sentir que les autres ont de la considération pour elle.
Le besoin d'estime de soi est rattaché au désir de force, de réussite, de mérite, de maîtrise et de compétence, de confiance en soi face aux autres, d'indépendance et de liberté. Une personne a aussi besoin d'être reconnue et appréciée des autres.
Lorsque ces deux besoins sont satisfaits, la personne a confiance en elle et se sent utile ; s'ils ne sont pas satisfaits, la personne peut se sentir faible et inférieure (Maslow, 1970).
BESOIN D'ACTUALISATION DE SOI
Les besoins d'actualisation de soi se trouvent au sommet de la hiérarchie des besoins humains de Maslow.
Lorsqu'une personne a satisfait tous les besoins des niveaux précédents, c'est dans l'actualisation de soi qu'elle parvient à réaliser pleinement son potentiel (Maslow, 1970).
La personne qui s'est actualisée a l'esprit mûr et sa personnalité est multidimensionnelle ; elle est souvent capable d'assumer et de mener à terme des tâches multiples et elle tire satisfaction du travail bien fait.
Elle peut juger de son apparence, de la qualité de son travail et de la façon dont elle résout les problèmes sans se soumettre entièrement à l'opinion des autres.
Bien qu'elle ait des échecs et des doutes, elle y fait généralement face avec réalisme.
La façon dont une personne réussit à satisfaire le besoin d'actualisation de soi dépend de ses besoins actuels, de son environnement et des agents stressants.
Pour s'actualiser, le client doit créer un équilibre entre ses besoins, les agents stressants et sa capacité d'adaptation aux changements et aux exigences de son organisme et de son environnement.
L'actualisation de soi se définit par de multiples caractéristiques
- Résout ses propres problèmes.
- Aide les autres à résoudre les problèmes.
- Accepte les conseils des autres.
- Témoigne un grand intérêt pour le travail et les questions sociales.
- Possède de bonnes aptitudes à la communication, tant pour écouter que pour communiquer.
- Contrôle son stress et aide les autres à contrôler leur stress.
- Apprécie son intimité.
- Recherche de nouvelles expériences et de nouvelles connaissances.
- Prévoit les problèmes et les réussites.
- S'accepte.
APPLICATION DE LA THÉORIE DES BESOINS
Bien que la théorie de Maslow sur les besoins humains puisse servir de base aux soins destinés aux clients de tous les âges et dans tout milieu clinique, sa mise en pratique doit s'attacher aux besoins du client en tant que personne et non pas appliquer rigidement la hiérarchie de Maslow.
La hiérarchie de Maslow est une généralisation sur l'ordre de priorité des besoins de la plupart des personnes, mais pas de toutes les personnes.
Dans tous les cas, un besoin physiologique urgent passe avant un besoin d'un niveau supérieur.
Toutefois pour un client le besoin d'estime de soi peut être plus important qu'un besoin nutritionnel à long terme, tandis qu'un autre aura un ordre de priorité inverse.
On doit comprendre les relations qui existent entre les différents besoins d'un client particulier et les facteurs qui déterminent l'ordre de priorité de ce même client.
De plus, même si la hiérarchie des besoins veut qu'un besoin doive être satisfait avant un autre, les soins répondent souvent à plus d'un besoin en même temps.
Prenons le cas d'un client admis dans le système de santé parce qu'il souffre d'une infection respiratoire chronique. Lorsqu'il lui dispense des soins, le soignant apprend qu'il ne s'est pas nourri adéquatement qu'il n'a pas bien dormi ou qu'il n'a entretenu aucune relation sociale depuis la mort de sa femme survenue deux ans auparavant. Ce client a donc plusieurs besoins non satisfaits, dont les besoins physiologiques de nutrition et de repos ainsi que les besoins d'amour et d'appartenance. Pour le client, ces besoins distincts sont étroitement liés.
Dans ces circonstances, les soins n'ont pas simplement pour but d'aider le client à satisfaire ses besoins physiologiques fondamentaux, soit les besoins de nutrition et de repos car la non satisfaction de ces besoins est due en partie au fait que les autres besoins de niveau supérieur n'ont pas été satisfaits. Les soins infirmiers destinés à ce client ont aussi pour but de l'aider à surmonter son deuil. Ainsi, lorsqu'il aura surmonté ses sentiments de tristesse et de solitude, il sera en mesure de reprendre ses habitudes d'alimentation et de repos normales et par conséquent, de satisfaire ses besoins physiologiques.
Le lien entre les divers niveaux de besoins est différent selon les personnes.
Par exemple, une femme soignée pour de l'arthrite grave ressent de la douleur et des malaises au cours de certaines activités. Cela l'a amenée à modifier ses habitudes, et elle ne rend plus visite aux membres de sa famille et à ses amis comme auparavant.
Les besoins d'amour et d'appartenance de cette femme ne sont plus satisfaits. Comme dans l'exemple précédent des besoins de niveaux différents sont clairement liés, et le soignant dispense des soins orientés vers la satisfaction des deux niveaux de besoins. Cependant dans ce cas-ci, il est plus important d'apporter un soulagement à la douleur, ce qui permettra à la femme de reprendre ses activités normales et de satisfaire ainsi les besoins de l'autre niveau.
http://membres.lycos.fr/papidoc/
retour


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site